Echanges culturels
Le Dieu Quetzacoatl, serpent à plume ou oiseau-serpent, faiseur de pluie, entité personnifiant la prospérité dont les cérémonies s’effectuaient par des actes de pénitences, et de châtiments, peut être aisément rapproché de Dasiri des Bambaras dont était issus Aboubakari. Dasiri était un protecteur, représenté par le serpent, la fête commençait au début de l’année comme pour son homologue Aztèque dont la cérémonie s’effectuait également par des actes de pénitence et de châtiments. Au contact des mandingues, les mexicains ont progressivement stoppé les sacrifices humains, voyant que cela n’était pas nécessaire dans la variante Mandingue. Un bon nombre de mots mandingues peuvent être rapprochés ainsi le mot chapeau se dit co-pill-i en mexicain et ko-fill-a en Mandé, ils se prononcent apparemment sensiblement de la même manière, ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres. Les Nagual sont des entités ayant des caractéristiques humaines et animales à la fois ont été retrouvés dans les deux cultures. Le culte du coyote des amérindiens et de la hyène ont fusionnés à Mexico au contact des deux cultures. Les Nagual coyote et hyène étant identifiables par l’autre groupe cela ne forma plus qu’un seul culte. Les africains arrivés en Amérique avant les Européens ont pratiqué l’agriculture, ont érigés des temples et échangés avec les populations locales avec succès, bien que quelques cas de guerres aient été rapportés. Ainsi des peuples civilisés ce sont rencontrés ont échangés en harmonie et bien que les amérindiens aient majoritairement un ADN Mongoloïdes et que peu d’ADN Africain (de l’ADN Africain a été retrouvé dans plusieurs groupes ethniques Amérindiens), la spiritualité Amérindienne est plus proche de la spiritualité Africaine que de n’importe quel autre.
Par Yamessou Sabénou