Saint George C’est un saint vénéré, dans l’église catholique portugaise et anglicane ,Georges de Lydda naît en Cappadoce, dans une famille chrétienne. Militaire, il devient officier dans l’armée romaine ; il est élevé par l’empereur Dioclétien aux premiers grades de l’armée. La légende de Saint George Un jour il traverse la ville de Silène dans la province romaine de Libye, sur son cheval blanc2. La cité est terrorisée par un redoutable dragon qui dévore tous les animaux de la contrée et exige des habitants un tribut quotidien de deux jeunes gens tirés au sort. Georges arrive le jour où le sort tombe sur la fille du roi, au moment où celle-ci va être victime du monstre. Georges engage avec le dragon un combat acharné ; avec l’aide du Christ3, et après un signe de croix, il le transperce de sa lance. La princesse est délivrée et le dragon la suit comme un chien fidèle jusqu’à la cité. Les habitants de la ville ayant accepté de se convertir au christianisme et de recevoir le baptême, Georges tue le dragon d’un coup de cimeterre car il les effrayait toujours4, puis le cadavre de la bête est traîné hors des murs de la ville tiré par quatre bœufs Ogum Seigneur du fer, de la guerre, de l’agriculture et de la technologie. C’est lui qui forge ses armes ou ces outils pour chasser, pour combattre ou pour cultiver. Une des légendes de Ogum Ogum a décidé, après de nombreuses années absentes de l’Iran, de rentrer chez son fils (information personnelle de l’Oníìré en 1952). Malheureusement, les gens de la ville ont célébré le jour de leur arrivée une cérémonie dans laquelle les participants ne pouvaient parler sous aucun prétexte. Ogum avait faim et avait soif; Il a vu plusieurs pots de vin de palme, mais il ne savait pas qu’ils étaient vides. Personne ne l’a salué ou n’a répondu à ses questions. Il n’a pas été reconnu parce qu’il était absent depuis longtemps. Ogum, dont la patience est petite, était fâché par le silence général qu’il considérait comme offensant. Il a commencé à casser les pots avec des coups de sabre, et peu après, incapable de se retenir, il a commencé à couper les têtes des personnes les plus proches, jusqu’à ce que son fils apparaisse, lui offrant ses aliments préférés, tels que les chiens et les escargots, avec des pots d’huile et de vin de palme. Pendant qu’il étouffait sa faim et sa soif, les habitants ont chanté des louanges. Satisfait et apaisé, Ogum a déploré ses actes de violence et a déclaré qu’il avait vécu assez longtemps. Il baissa la pointe de son sabre vers le sol et disparut dans la terre avec un bruit effrayant. Avant qu’il ne disparaisse, cependant, il a prononcé quelques mots. A ces mots, parlés pendant une bataille, Ogum apparaît immédiatement à la rescousse de celui qui l’a évoqué.